Utilisation moteurs brushed  vtt électrique


 

Il existe deux grands types de motorisation :

 

A- Le moteur brushed (utilisé chez LIFT)

C'est un moteur électrique avec des charbons, moteur classique, simple et fiable, celui que tout le monde connaît.

 

-B- Le moteur brushless 

C'est un moteur électrique sans charbons sur lequel on greffe un contrôleur électronique complexe qui permet de replacer les charbons et d'augmenter la performance de certaines caractéristiques.

 

Pourquoi la technologie brushed est souvent critiquée ?

On considère, à tord, que le brushed n'est pas performant car il est associé a des choix techniques qui ne mettent pas en avant ses points forts.

Par exemple, cela reviendrait à dire qu'une Ferrari est une très mauvaise voiture, en ayant oublié de mentionner "en milieu tout terrain." 

 

C'est cet aspect de combinaisons de technologies, peu compatibles de manière optimale, qui est la plupart du temps incomprise des personnes lambdas. Elles considèrent, par manque d'informations, que c'est une technologie peu performante ou vieillotte.

 

On peut lire généralement sur les forums : "Le brushless c'est mieux !"  

C'est faux car cela revient à tronquer l'information.

 

Les caractéristiques du moteur brushless généralement mises en avant sont les suivantes : 

 

1- Le moteur brushless permet une amplitude de tours par minute, minimale / maximale, plus grande qu'un moteur brushed.

Cette technologie accepte des tensions fortes qui permettent d'augmenter la vitesse de rotation maximale sans problèmes. 

 

Cependant, dans le cas du moteur Lift, le moteur brushed se révèle tout aussi performant car il n'est pas utile d'avoir une grosse amplitude de tours/minute sur un moteur pédalier.

En effet, contrairement à un moteur moyeux qui a une démultiplication fixe, on peut sur un moteur pédalier comme le LIFT jouer sur les différentes vitesses au niveau du dérailleur du vélo.

 

Il faut donc rester dans des plages de régimes d'utilisation du moteur équivalentes à la vélocité moyenne d'un cycliste.

De manière plus simple, cela signifie que pour obtenir un rendement optimal, le moteur doit tourner à la même vitesse que les jambes de l'utilisateur.

 

Il n'est donc pas indispensable d'aller beaucoup plus haut dans la plage de régime et d'accepter des tension fortes qui augmenteraient la vitesse de rotation du pédalier, sans que le cycliste ne puisse tourner les jambes assez vite pour suivre la cadence du moteur.

 

2- Le moteur brushless n'a pas ou peu de résistance, notamment en roue libre, contrairement à un moteur brushed.

Attention, cette résistance peut s'avérer néfaste sur un moteur moyeux dans la mesure où elle va vous freiner chaque fois que vous allez arrêter d'utiliser l'assistance (plat, descente, légère côte sans assistance, etc.).

 

Or chez LIFT-MTB, nous avons monté le moteur brushed avec un système de roue libre mécanique en sortie d'arbre de transmission afin que le pédalier ne soit pas freiné lors du pédalage. 

Grâce à ce choix technique, il n'y aura aucune résistance comme sur un moteur brushless.

 

3- Le moteur brushless n'a pas d'usure au niveau des charbons comme dans un moteur brushed car il n'en possède pas.

Attention, une usure prématurée des charbons n'est valable que dans le cas d'un moteur moyeu qui tourne très vite et en permanence.

Partant de ce constant, il n'était pas nécessaire d'utiliser un moteur brushless sur notre système moteur-pédalier car :

- le moteur LIFT ne tourne pas aussi vite qu'un moteur moyeux (environ 5 fois moins vite).

- toutes les phases où vous ne pédalez pas (plat, descente, etc.), la roue libre prend le relais et le moteur n'est pas entraîné : il n'y a donc pas d'usure des charbons comme c'est le cas sur une roue qui tourne en permanence.

C'est seulement lorsque vous vous servez du moteur, que les charbons viennent au contact : ce qui représente un taux d'usure théorique vraiment beaucoup plus bas.

 

4- Le moteur brishless possède un bon couple et un bon rendement, surtout à hautes vitesses, qui permettent d'avoir moins de pertes, par conséquent de consommer moins.

Il faut garder à l'esprit que tous ces avantages sont très utiles pour certaines applications et seulement dans certains cas très précis, comme le modélisme ou les moteurs moyeux en VAE.

 En effet, sur un moteur moyeu, la roue tourne en permanence et parfois à grande vitesse, ce qui induit des contraintes totalement différentes que celles d'un moteur pédalier comme le LIFT.

 

En ce qui concerne la consommation et le couple a haute vitesses, c'est un argument qui est intéressant pour l'utilisation d'un moteur moyeu, mais qui ne se vérifie pas si facilement sur le terrain quand on parle d'un moteur pédalier.

 

Certes le brushless a un meilleur rendement sur le papier qu'un brushed (il consommerait moins) mais c'est sans compter les pertes dans le rapport de réduction.

Comme on a du couple à haute vitesse en brushless, cela nécessite un plus gros taux de réduction pour ne pas faire tourner le pédalier trop vite sur un moteur pédalier.

 

Le fait de devoir réduire la vitesse nécessitera généralement une augmentation du nombre de pignons et pièces nécessaires à cette réduction, ce qui créée plus de pertes dues aux frottements au niveau des engrenages, roulements, etc.

 

Et tout ce ci sans parler du poids et de l'encombrement de ces engrenages qu'il faut bien mettre quelque part.

 

Ce que l'on gagne d'un coté avec l'utilisation d'un moteur brushless qui consomme moins, on le reperd en partie dans les différents rapports de réductions.

 

Si on ajoute à cela le fait que la technologie brushless est plus complexe et délicate au niveau de la gestion des contrôleurs et que cela coûte bien plus cher à l'achat (surtout si on veux que ce soit fiable), le tarif final du kit Lift aurait été impacté à la hausse.

 

 


moteur brushless velo électrique


Exemple d'un montage utilisant un moteur brushless qui nécécite énorment de pieces pour avoir un rapport de reduction convenable pour permettre au pedalier de tourner a la bonne vitesse...
Exemple d'un montage utilisant un moteur brushless qui nécécite énorment de pieces pour avoir un rapport de reduction convenable pour permettre au pedalier de tourner a la bonne vitesse...

Conclusion :

 

Nous aurions pu développer un kit adaptable avec une technologie brushless impliquant l'utilisation d'un moteur / contrôleur plus coûteux et une multitude de pièces sur mesure en plus comme des pignons, axes, carters, roulements et pièces spécifiques nécessaires pour avoir un rapport de réduction efficace (comme sur la photo ci-contre).

 

Mais si c'était pour gagner au mieux 10% d'autonomie, en étant probablement plus lourd et en augmentant le prix (aux alentours des 2 800 €), il n'est pas certain que cela aurais été plus commercial.

 

C'est ce qu'a développé la société EGO kit, avec l'aspect pratique/rapide et universelle en moins par rapport au système LIFT-MTB (système breveté rappelons -le).

Leur kit coûte 3 500 dollars (hors taxes). Pour l'avoir testé, il apparaît décevant d'un point de vue des performances et au regard des chiffres annoncés.

 

Nous avons donc fait le choix du moteur brushed car cette technologie permettait le meilleur ratio

entre les différents paramètres à prendre en compte dans la conception de notre produit.


lift-mtb kit vtt électrique
kit vtt électrique made in france


English version